http://raritanvalleyorthopedicsurgery.com/phis/over-60-dating-sex.htmlteenage sex siteshttp://fifaroundup.com/jizik/sex-sites-proxy.htmlmanassas virginia web camactor viggo mortensen dating

noustrouver

L’ histoire de ce restaurant typique à Senlis

 

Mais qui est Sylvie ? Que l’on se réfère à la nouvelle « Sylvie » de Gérard de Nerval ou que l’on se tourne du côté de la « maison de Sylvie » à Chantilly, il est certain que le nom du restaurant Le Chalet de Sylvie est bien ancré dans l’esprit des Senlisiens et de ses visiteurs.

Le Chalet de Sylvie, restaurant à Senlis : un nom, une histoire ….

Le chalet, au rond-point du cerf, est l’un des plus vieux établissements de Senlis : café et restaurant dès sa construction, le chalet a traversé fièrement le 20ème siècle, marquant les esprits tant par son architecture singulière que par sa taille imposante. Si son premier nom fût Le restaurant du Chalet, c’est le Chalet de Sylvie qui a le plus marqué les esprits.

Découvrez les photos du restaurant d’hier et d’aujourd’hui !

La Sylvie de Gérard de Nerval

Pour les Senlisiens, il ne fait nul doute que ce nom est associé à Gérard de Nerval, dont la nouvelle « Sylvie » parut le 15 août 1853 dans La Revue des Deux Mondes. Nerval y avait travaillé en 1852, année pendant laquelle il s’était rendu en été dans le Valois. Cette région est le décor de la nouvelle, comme il fut celui de son enfance. Élevé par son grand-père, il passa en effet une bonne partie de son enfance à Mortefontaine où son grand-oncle possédait une maison. C’est aussi dans le Valois qu’il trouva son pseudonyme qu’il emprunta au « clos de Nerval », un champ appartenant à son grand-père dans lequel il jouait enfant.

La Sylvie de Théophile de Viau

A quelques kilomètres de là, à Chantilly, deux siècles plus tôt, une personnalité fit également la renommée de ce prénom dans la région. Au temps des précieuses, c’est pour son amour des bois et de la nature que le poète Théophile de Viau donna à la duchesse de Montmorency ce joli surnom de Sylvie dans une suite de dix odes. Ainsi, la petite maison toute simple qu’elle fera construire comme un refuge à l’écart du château et de son train bruyant deviendra la paisible « maison de Sylvie ».